Premier souvenir de Monza

1964

L’Année Automobile m’envoie à Monza pour mon premier reportage au Grand Prix d’Italie de Formule 1. Pendant que je prends mes quartiers à l’hôtel Auriga au pied de la Tour Pirelli à Milan, un malintentionné casse une vitre latérale de ma DKW Junior pour une tentative de vol. Le réceptionniste téléphone une connaissance à lui en relation avec le milieu des garages. Si je me souviens bien DKW n’a jamais été importée en Italie car le système fiscal taxait les deux temps à double pour favoriser les Fiat 600. A noter que c’était de bonne guerre puisque un deux temps produit de la puissance à chaque tour contrairement à un quatre temps qui « se repose » un tour sur deux !

Donc ce jeune homme me pilote dans la banlieue de Milan où on répare les dégâts. Je lui offre un verre, l’invite à manger à l’hôtel et prend rendez-vous pour le lendemain pour l’emmener au circuit et le faire entrer avec les laisser-passer que je recevais toujours des organisateurs. Eh ! L’Année Automobile avait un certain prestige !

A l’heure dite il monte dans ma voiture avec un copain. Je remarque que deux voitures nous suivent et je précise tout de suite que je n’ai que deux laisser-passer. « Pas de problèmes, mes potes savent se débrouiller ! ». A l’arrivée au circuit je vois que mes deux passagers ont chacun un parapluie alors que le temps est bleu de chez bleu. Peut-être pour se protéger du soleil ? Nous entrons dans l’enceinte après que les cerbères aient contrôlé mon accréditation et les billets d’entrées de mes amis. Je les laisse dans la zone à laquelle ils ont droit mais avant de rejoindre la tribune de presse je les observe discrètement. De l’autre côté du treillis on hèle mes deux gaillards : «Gigi dame l’ombrello per piacere ! »

On passe les deux ‘pébroques’ contenant bien sûr les billets d’entrée à travers les mailles et du coup Monza accueille deux spectateurs de plus. Quelques mètres plus loin les nouveaux arrivants sont à leur tour hélés par d’autres potes en quête de sésames pour grossir les rangs des tifosi. Je pense avoir fait pas mal d’heureux ce jour là ! Et ils ont pu assister à la victoire d’une Ferrari pilotée par John Surtees. Pour la petite histoire signalons que Mike Hailwood pilotait une Lotus-BRM. Donc mes « petits protégés » ont pu voir 9 + 7 soit 16 titres de champions du monde moto au volant de deux Formule 1 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :