Mais qu’est-ce qu’ils ont fait de mon circuit du Castellet ?

 

Unknown.jpeg

Pour le retour du Grand Prix de France de Formule 1 j’ai découvert grâce aux ‘étranges lucarnes de l’abrutisseur couleur’ la nouvelle physionomie de mon circuit préféré.  Quelle honte ! Quelle horreur ! Ces bas-côtés et zones de dégagement sont de bon aloi mais ces couleurs bleu ciel, bleu foncé, rouge, noir et blanc… De qui se moque-t-on ? On croirait visiter une exposition de carrelages pour salles de bain décorées par Niki de Saint Phalle. Ceci pour l’esthétique. Pour ce qui est du circuit fier d’avoir une des plus longues lignes droites… Y Z’ONT MIS UNE CHICANE. Déjà qu’on avait estropié la ligne droite des Hunaudières au Mans, on est en train de construire les circuits les plus sûrs du monde, c’est bien pour la sécurité des pilotes mais que ceux qui ont peur des très hautes vitesses restent au karting, aux courses de côte et aux gymkhanas sur les parking des super marchés.  A Indianapolis on frôle les 400 km/h et il n’y a pas de chicanes! Il ne reste plus qu’à « redresser » le fameux Raidillon de l’Eau Rouge à Francorchamps pour aseptiser définitivement la course automobile ! Veut-on ‘émasculer’ ceux ‘qui en ont encore dans le slip’ genre  Alonso, Hamilton, Ricciardo ou Verstappen ? Où veut-on faire du sur mesure pour des ‘pleureuses’ genre Vettel, Perez et Grosjean ? Fin de la polémique. Place au vécu.

Je ne compte pas mes voyages au circuit du Castellet qui ‘de mon temps’ se nommait le Paul Ricard. De mémoire, voici mes rapports avec ce fameux circuit situé  en plein vignoble de Bandol dans le Var, à 8 km du village médiéval du Castellet :

Au moins 4 ou 5 fois pour le Bol d’Or moto, avec une Kawa 550 4 cylindres (oui 550cm3… étonnant mais vrai !), avec une Ninja 900 cm3 et quelques fois avec ma dernière ‘passion’, une Kawasaki 1000 RX. J’y ai même emmené celle qui est devenue et qui est toujours ma femme, la seule passagère qui ait accepté de monter sur mon siège arrière !  Cornelia je t’aime pour ce qui fut ta première preuve de confiance en ton pilote !

J’ai été témoin de la victoire du Suisse Jacques Cornu en Grand Prix du championnat du monde 250 cm3 devant son immuable « empêcheur de gagner en rond » l’espagnol Alberto Puig !

 Puis de nombreuses fois avec les Fiat 128 Groupe 2 de la Scuderia Filipinetti pour le Championnat d’ Europe et pour l’unique originale épreuve des 12 heures qui était en fait deux fois 6 heures avec une nuit pour changer les moteurs, ce qui était indispensable pour nos fragiles Fiat 128…  J’y fus aussi avec les Lola 2 litres de nos deux pilotes Vic Elford et Joakim Bonnier.

 J’ai été le co-pilote navigateur d’un ami collectionneur de voitures anciennes. Nous étions inscrits pour une épreuve de régularité. Il fallait bien sûr faire des temps correspondant à notre voiture, une Mercédès 300 SL (Oui la fameuse 300 SL aux portes papillon !). En plus de réussir un bon temps sur trois tours, il fallait assurer une régularité absolue, c’est-à-dire aller très vite dans les virages mais pas trop sur la ligne droite du Mistral. Il y avait des commissaires cachés tout au long du circuit et je crois ne pas avoir été trop mauvais au chronomètre puisque avec mon pilote Philippe nous avons obtenu la deuxième place derrière… Sir Jacky Stewart himself au volant d’une Lister Jaguar si mes souvenirs ne me jouent pas de tours.

 J’avais un excellent et amical rapport avec François Chevalier, le responsable du circuit pendant les premières années.  Du reste c’est lui qui avait inventé la manière élégante de contourner d’interdiction de la publicité pour l’alcool (Eh ! le Ricard n’est pas un breuvage de momiers tempérants hein ?). Les premières inscriptions au circuit laissaient aux concurrents un choix qui me faisait bien marrer : l’organisateur proposait un autocollant Paul Ricard à apposer sur nos voitures, ce que nous acceptions volontiers, en échange de l’annulation des droits d’inscription, fixés à un montant que j’ai oublié mais qui était ‘pharaonique’. Donc on ne nous obligeait pas à faire de la publicité pour les produits anisés du fondateur du circuit ! Au sens de la loi française, arborer un ‘sticker’ Paul Ricard n’était qu’un signe d’amicale reconnaissance pour le fameux mécène…

 Pour terminer, fidèle à mes souvenirs voici une anecdote authentique : C’était le 18 avril 1971 lors d’une manche du Championnat d’Europe des prototypes 2 litres. Je dirigeais ‘mes’ deux pilotes Jo Bonnier Vic Elford sur des Lola 212 . Je viens de relire la liste des partants, ‘bin‘ il y avait du beau monde : Jean-Pierre Jabouille, le sympathique ‘Mamouille’, Toine Heizemans, Gérard Larrousse, Brian Redman et Helmut Marko. Ce dernier connu pour avoir gagné les 24 heures du Mans 1971, avoir perdu un œil à cause d’une projection de pierre au circuit de Charade 1972 (Bienvenue au club de la vision monoculaire dont je fais malheureusement partie depuis ma naissance !) , mais il est surtout fameux pour son titre de Docteur, directeur de Red Bull en Formule 1.

 Et mon anecdote ?  Ça vient :

 Tout ce beau monde était réuni sous une grande tente montée pour écouter le discours de bienvenue du ‘patron’,  Paul Ricard lui-même. Cette cérémonie se justifiait car il s’agissait, sauf erreur, de la première grande épreuve sur son circuit. Le hic ? Oui, même le Hi’hic ! Monsieur Paul avait visiblement abusé des excellents produits de sa fabrication. Paul-Ricard.jpgEn d’autres termes, excusez la franchise de mon propos : il était complétement bourré ! N’ayant pas signé à la Croix Bleue je n’y trouve rien à redire sauf en me remémorant ses propos… Il s’adressait à un parterre de fameux pilotes habitués, surtout à cette époque hyper dangereuse, à risquer toutes les semaines leur vie au volant !

« Chers amis (aux premiers mots nous nous regardions interloqués au vu de son état éthylique parfaitement avéré). Chers amis (à lire avec un accent prononcé à la Marcel Pagnol) Chers amis (Oui je sais, je me répète… mais lui aussi!) pilotes et organisateurs j’ai toujours été passionné par la compétition automobile d’où mon choix d’avoir investi dans ce circuit. Je me souviens des courses auxquelles j’assistais dans ma jeunesse : Il y avait des bruits de moteurs et de pneus qui crissaient. Il y avait des accidents, des sirènes d’ambulances, des blessés… (Il marque un temps…) et il y avait des morts ! »

Ces propos sont écrits de mémoire mais ils pourraient être confirmés par les survivants de cette dangereuse époque de la course automobile. Me permettez-vous : Sacré Paul ?

 

En conclusion je suis content que Monsieur Ricard n’ait pas eu à subir la vue psychédélique de sa nouvelle piste. Il ne s’en serait jamais remis.

 

Rejoindre la conversation

4 commentaires

  1. Cher akimismo,les couleurs psychédéliques du circuit du Castelet existent depuis que Bernie Ecclestone en est devenu propriétaire;c’est lui qui a développé ce concept de zones de dégagement en goudron abrasif,concept repris depuis sur tout les circuits du monde. Les couleurs,je pense que c’était pour marquer les esprits et à ce niveau ça semble réussi. Quand à la chicane dans la ligne droite du Mistral, idem. Pour le nouveau grand prix de F1,ils ont resurfaçé et encore aseptisé certains virages. Merci pour l’anecdode au sujet de Paul Ricard lors de l’inauguration du premier GP de F1; comme toujours , c’est un régal de te lire et on en redemande…

    J'aime

  2. Acefale, je me réjouis toujours de tes remarques. Pour les dégagements ‘color’s’ je revendique une excuse inattaquable: La dernière fois que je suis allé au Castellet c’est si ancien que je crois que même Ecclestone n’était pas encore né! Amicalement à toi… qui sait ce qui est d’aller au Bol d’Or, même comme passager!

    J'aime

  3. Salut Norbert,

    Peut-être une photo retrouvée que tu n’as pas ?

    Merci pour tes articles et j’espère à bientôt si tu viens en Suisse…

    Amitiés

    Bernard

    J'aime

    1. Merci Bernard pour ce commentaire. Merci aussi de suivre mes élucubrations. Jean Rostand, mon maître à penser, a écrit: « Il n’est pas interdit à un savant d’écrire… comme il n’est pas interdit à un écrivain de… savoir!
      J’ajoute: Tu as été un excellent pilote. Je me suis toujours exprimé par l’écriture. Peut-on être un bon pilote et un bon écrivain? Peut-on être un bon écrivain et un bon pilote? Je ne sais pas si tu t’es essayé à la rédaction mais je dois avouer que mes expériences de pilote sont restées dans l’ombre. Bon! Être né avec une malformation du nerf optique (donc borgne!) a ramené mon pilotage au minimum. Amicalement à toi.

      P.S. Je ne vois pas de quelle photo tu parles et si tu me l’a envoyée je ne la vois pas. Essaie peut-être sur mon mail de blogueur: akimisblog41@gmail.com

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :