J’ai été co-pilote de Ove Andersson et Sandro Munari !

On parle de la Lancia Fulvia HF

Cervinia 1968 Akimismo + HF
akimismo photographié par Ove Andersson

Nous sommes en 1968. Lancia présente l’évolution de son Coupé Fulvia HF. On a passé du 1300 cc de 88 CV à un 1600 cc de 115 CV. Rédacteur à l’Année Automobile je fus invité à cette présentation un peu confidentielle par le patron du service presse Sandro Fiorio. J’ai des souvenirs lumineux de cette invitation en très petit comité. Nous étions une douzaine de journalistes ayant rendez-vous individuellement ‘entre 14 et 17 heures’ à l’usine de Turin où le service client rangeait notre voiture privée dans un garage fermé (Nous la retrouverions 4 jours plus tard lavée et brillante !) Il faut dire que je ne roulais pas avec n’importe quoi (Eh ! T’as vu la bagnole ?) Oui je sais, vous ricanez mais ma R4 avait des longues portées offertes par Madame Marie Claire Cibié avec les premières ampoules halogènes de 100 watts, prototypes hors la loi et réservées à usage exclusif des 24 Heures du Mans. J’aime mieux vous dire que même les Ferrari et les Porsche de l’époque baissaient leurs feux après avoir été rappelées à l’ordre par « une rincée d’iode dans les mirettes ».

Revenons chez Lancia. Nous partions de l’usine piémontaise, chacun au volant d’une HF 1600 flambant neuve, direction la station de ski à la mode de Breuil Cervinia. Après 90 km d’autoroute sortie à Châtillon St-Vincent et attaque de la côte pour Cervinia. Il commençait à neiger dru, la neige tenait sur la chaussée et je me faisais du souci pour la suite. Mais les descendants de Vincenzo Lancia avaient tout prévu. Je vous raconte : A l’entrée de Antey Saint André alors que l’épaisseur de la neige allait rendre la route impraticable avec les pneus qui venaient de me permettre de rouler à 200 à l’heure je suis accueilli par une cohorte de mécaniciens du Lancia Servizio Corsa qui me dirigent vers la reconstitution fidèle d’un stand de ravitaillement de la marque dans les rallyes. Sans quitter mon siège, en deux coups de cuiller à pot ma voiture est soulevée au moyen d’une plateforme hydraulique et avec des ‘visseuses-devisseuses’ pneumatiques les quatre roues remplacées par un équipement hivernal Pirelli avec 120 clous par roue…  le nettoyage du pare-brise par une multitude mains et 2 minutes et demie plus tard je reprenais la route enneigée pour parcourir les derniers 20 kilomètres des lacets menant à Cervinia !

Ce fut le début d’un séjour fabuleux dans un palace avec une ‘chiée’ d’étoiles !

Il y avait même une piste ressemblant à une descente de bobsleigh qui avait été tracée dans 2 mètres de neige, le sol bien arrosé et glacé. Et Messieurs Ove Andersson et Sandro Munari à notre disposition pour nous procurer des sensations que je pensais réservées aux plus grands manèges forains, avec une Lancia Rallye ‘usine’. Je pense qu’on devrait permettre à chaque candidat au permis de conduire de vivre un tel moment , ne serait-ce que pour comprendre qu’un conducteur ‘lambda’ ne pourra jamais, au grand jamais conduire à cette vitesse sur la neige et la glace. Ce serait une excellente prise de conscience que sur route difficile il vaut mieux en rester à ce qu’on sait faire !

Sandro Munari
Ove Andersson photographié par akimismo
Je vous avais dit qu’il y avait de la neige …

 

Il y eu une journée de mauvais temps et j’en ai profité pour demander à Ove Andersson de me montrer comment on peut rouler sur routes ouvertes avec « ma » Lancia HF de série. Peu de circulation et j’ai vu… Pfffffffffff. J’ai même vu la réaction d’un immense pilote quand nous nous sommes retrouvés, à près de 100 km/h, nez à nez avec le chasse neige. Impossible de croiser et trop tard pour freiner, ça je l’ai compris en même temps que lui. La réaction ? Moi je ne sais pas mais lui a juste tendu sa main droite pour me retenir sur mon siège (La ceinture de sécurité n’était pas encore obligatoire) et il a jeté la voiture contre le mur de neige de droite, dans lequel nous nous sommes enfoncés jusqu’au pare-brise. Eclat de rire du pilote et rire un peu jaune du passager ! Encore une fois : Pfffffffffff ! Les conducteurs du chasse-neige nous ont aidé à ressortir notre voiture et nous sommes rentrés à l’hôtel prendre un rafraîchissement. Je me suis aussi fait emmener par Sandro Munari sur le toboggan de neige et glace dont je vous ai parlé. Puis, le temps devenant ensoleillé le pilote italien à qui on avait dit que j’étais prof de ski m’a demandé de l’accompagner sur les pistes. Nous avons loué du matériel et j’ai eu l’honneur de donner des conseils au quadruple vainqueur du Rallye de Monte Carlo et 12 victoires en Championnat d’Europe des rallyes. Je précise que si j’avais la certitude qu’il gagnerait encore des courses automobiles son nom en revanche n’avait que peu de chance d’apparaître au palmarès du Lauberhorn ou de Kitzbuel!

Pour Ove Andersson rappelons quelques lignes de sa trajectoire : Quand je l’ai connu il n’avait pas encore un palmarès impressionnant… mais 3 ans plus tard, en 1971, il remporta le Rallye de Monte Carlo sur Lancia. Pendant sa longue carrière il a tout piloté, son nom ayant été associé à Saab, Lancia, Ford, Peugeot, Toyota et Renault Alpine.

Ove Andersson sur Alpine. Huile sur toile de C. Poiffaut. Intéressés?Demandez-moi l’adresse!

 A la fin de sa carrière de pilote il a fondé le Toyota Team Europe avec lequel il a dirigé la marque nippone au Championnat d’Europe des rallyes (avec deux victoires mondiales de Carlos Sainz), les prototypes aux 24 Heures du Mans et le Championnat du Monde de Formule 1 (Eh ! Oui). Il devait perdre la vie à 70 ans en Afrique du Sud sa résidence de retraité, lors d’une course de voitures historiques, plus précisément une Volvo PV444 en s’écrasant contre un poids lourd (Putain de camion aurait dit Renaud).

 

 

Join the Conversation

3 Comments

  1. Je crois me souvenir qu’au Rallye Monte Carlo, du temps des Lancia 037, Lancia avait « inventé » le changement de pneus en épreuve spéciale.Du genre des clous pour la neige puis des slicks sur la portion sèche. L’histoire retiendra que la « double erreur de pneus » a été inventée par la même occasion, les pilotes ayant au final toujours le mauvais équipement. Dommage que la marque qui a tant à raconter sombre dans l’oubli. Tout au plus lui souhaite-t-on une résurrection à l’image d’Alpine… Et merci de rappeler à nos souvenirs Ove Andersson, qui dirigeait le TTE quand Didier Auriol décrochait son titre mondial pilotes en rallyes.

    J'aime

    1. Merci l’ami passionné de ta réaction et de tes précisions. J’adore ta collaboration! J’ajoute que du temps des Lancia 037 le directeur du service compétition était Cesare Fiorio… le fils de Sandro Fiorio, celui qui m’avait invité à Cervinia!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :